Régis Juanico rend hommage à Armelle Cizeron à l’occasion d’une question à la ministre des transports sur la mise en œuvre d’un Plan vélo ambitieux

Au lendemain de la 1ère journée mondiale pour le vélo, ce lundi 4 juin, j’ai interpellé la ministre des transports, Elisabeth Borne, sur la nécessité pour notre pays de se donner enfin les moyens de faire du vélo un véritable mode de déplacement alternatif.

A l’issue des Assises de la Mobilité, en décembre dernier, Elisabeth Borne avait annoncé un Plan vélo. Mais celui-ci reste encore à financer et à concrétiser.

 

J’ai donc attiré son attention sur deux dispositifs, simples et efficaces à mettre en œuvre :

·         La généralisation de l’indemnité kilométrique vélo (IKV) : car celle-ci induit un doublement de la pratique en moins d’un an là où elle est expérimentée, représente un fort potentiel, avec près de 75% des déplacements domicile-travail qui font moins de 5 km, et un faible coût pour l’employeur.

·         Le soutien à l’achat d’un vélo à assistance électrique (VAE) : loin d’être un gadget, le VAE permet de rendre le vélo accessible au-delà de la ville dense, notamment en milieu rural ou périurbain.

 

Je n’ai pu terminer mon intervention sans avoir une pensée pour Armelle Cizeron, collaboratrice parlementaire de ma collègue Jeanine Dubié, fauchée par un camion le 20 avril dernier, alors qu’elle se rendait sur son lieu de travail à l’Assemblée nationale, en vélo.

 

Dans sa réponse, Elisabeth Borne a convenu de la nécessité de mettre en place, dans le cadre du Plan vélo, un dispositif de soutien qui pourra être l’indemnité kilométrique vélo ou un « forfait mobilité », hypothèse sur laquelle le ministère travaille actuellement.

 

Aussi, l’évocation du tragique accident qui a coûté la vie à Armelle, a conduit la ministre à affirmer qu’ « on n’encouragera pas le vélo si on n’accompagne pas son déploiement de mesures touchant à la sécurité routière », c’est pourquoi elle intègrera dans le plan vélo « les enjeux de sécurité routière tels qu’ils ont notamment pu être évoqués à l’occasion des précédents comités interministériels de la sécurité routière ».

Régis JUANICO

Député de la Loire

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *