La Comète Création d’un Pôle de formation, médiation et émergence CULTURELLES

Pendant de nombreuses années, le quartier Beaubrun-Tarentaize a vécu au rythme de la création artistique et du Théâtre. Le départ récent de la Comédie sur le site de la Manufacture Plane Achille laissait un équipement vacant et des cœurs attristés. Il n’était donc pas envisageable de conserver avenue Emile Loubet ce site historique vide. C’est la raison pour laquelle, comme un héritage théâtral que l’on doit au grand Jean Dasté avec Marc Chassaubéné, adjoint aux Affaires Culturelles et Hélène Pibarot, conseillère municipale en charge des pratiques émergentes et amateurs, nous avons décidé de garder, à ce lieu magique, sa vocation dédiée au spectacle vivant, qui plaît tant aux habitants du quartier, source d’animations, de découvertes de créations et, tout simplement, de vie.

Cette nouvelle « Maison des pratiques amateurs, de l’émergence et du spectacle vivant » abritera de manière pérenne, désormais, les écoles de musique, la spécialité « art dramatique » du Conservatoire, et le temps de leurs conventions, des compagnies émergentes de théâtre et de danse. Elle accueillera, également, les manifestations aujourd’hui programmées à la Salle Jeanne d’Arc et les activités ponctuelles d’associations afin que chacun puisse exercer ses talents.

Afin que la jeunesse de notre ville puisse profiter au mieux de ce nouvel outil nous avons décidé d’intégrer l’EIJ au sein même de ce nouvel équipement culturel, souhaitant favoriser ainsi une synergie entre nos politiques jeunesse et culture ainsi qu’un épanouissement de notre jeunesse par la rencontre avec les artistes. Ce sont donc 20 000 jeunes par an qui vont fréquenter l’Ancienne Comédie et le quartier de Beaubrun-Tarentaize.

Nous avons fait de l’émergence des talents une véritable politique culturelle, un marqueur fort de notre volonté de donner sa chance à tous ceux qui souhaitent s’exprimer par l’art et la culture, et se laisser « porter hors d’eux mêmes » selon l’expression de Jean Dasté.

Une façon de démocratiser la culture et la rendre accessible à tous, de créer une véritable « exception culturelle stéphanoise » qui fera rayonner notre cité.

La réhabilitation du bâtiment a déjà commencé par la démolition des divers appendices à l’arrière du tènement. Sur les 5 000 m² réhabilités, se déploieront des espaces de répétition et de représentation pour le spectacle vivant adaptés à tous les niveaux de pratique du débutant au jeune professionnel (artistes, compagnies, amateurs, professionnels, éducation artistique et culturelle).

Cette maison des pratiques amateurs, de l’émergence et du spectacle vivant est le point d’orgue, faut-il le rappeler, de notre politique culturelle et d’une grande mutation du quartier. La démolition de l’îlot Rondet et la création d’un jardin; des immeubles insalubres de l’îlot Soleysel Beaubrun, de la rue Henri Gonnard, de la montée de l’Abbée de l’Epée ; la construction de nouveaux logements privatifs avec jardins du lotissement rue Séverine ; de la passerelle Couriot ou du prochain « Parc Eco-Science » vont profondément changer le quartier. Le cœur de Beaubrun-Tarentaize va donc continuer de battre, irrigué par la culture, le spectacle vivant et la jeunesse, devenant ainsi le catalyseur de tous les talents et une source d’épanouissement pour chacun.

Le grand artiste, de renommée internationale, Assan Smati, ne s’est pas trompé en décidant d’installer son atelier et une galerie dans la Halle Freyssinet, rue de l’apprentissage …. Oui ce quartier va désormais être l’épicentre de la création artistique stéphanoise.

Gaël Perdriau, Maire de Saint-Étienne, Président de Saint-Étienne Métropole.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *