Régis JUANICO interpelle le Ministre de l’Intérieur Gérard COLLOMB sur les moyens disproportionnés déployés pour interdire le déplacement des supporters de l’ASSE à Monaco samedi dernier

Les supporters de l’ASSE ont injustement été frappés d’une interdiction de pouvoir assister au match MONACO-ASSE samedi 12 mai dernier.

En effet, un arrêté de Monsieur le Préfet des Alpes Maritimes restreignant la liberté d’aller et venir des supporters de l’AS Saint-Etienne sur une partie du département des Alpes Maritimes avait été pris afin de contribuer à l’application d’un arrêté du Gouvernement Princier de Monaco interdisant de déplacement les supporters de l’AS Saint-Etienne (ou les personnes se comportant comme tels) à l’occasion du match précité, en raison de l’insuffisante disponibilité des forces de l’ordre.

Or, force est de constater que l’exécution de ces deux arrêtés ont nécessité la mobilisation d’importantes forces de l’ordre pour bloquer l’accès des intéressés au territoire monégasque alors même que, comme la presse l’a largement relayé, ces derniers ne manifestaient, dans leur comportement ou leur tenue, aucun soutien à l’AS Saint-Etienne. Fort heureusement, grâce à l’attitude responsable desdits supporters qui ont fait montre d’un comportement exemplaire ce jour-là, aucun incident n’est survenu.

Afin d’évaluer la pertinence de ces décisions, je viens de demander au Ministre de l’Intérieur Gérard COLLOMB de faire connaître le nombre exact de forces de l’ordre mobilisées par la Préfecture des Alpes Maritimes et le coût estimatif de leur déploiement le samedi 12 mai, afin de savoir si le nombre de forces de l’ordre nécessaire à l’encadrement normal du déplacement des supporters stéphanois aurait été inférieur, équivalent ou supérieur au nombre d’agents effectivement déployés samedi pour proscrire tout accès au territoire monégasque.

Il semble également pertinent de questionner le fait de savoir si d’autres solutions (comme le déplacement du match) auraient pu être envisagées pour concilier le nécessaire maintien de l’ordre public et le respect de la liberté d’aller et de venir des supporters stéphanois.

Plus largement, je m’interroge sur les raisons objectives à même d’expliquer que des Stéphanois respectant les arrêtés précités n’ont pu accéder au territoire monégasque le 12 mai dernier, alors même qu’ils en respectaient les prescriptions.

 

Régis JUANICO

Député de la Loire

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *