Jean-Michel Philibert nous invite au Carnaval des Ombres

Ma route qui me semblait inutile et pourtant je croise encore des gens pour me parler du stéphanois à la casquette, continue avec ce site qui fait de l’audience mais visiblement toujours ignoré par les communicants, enfin c’est ainsi Saint-Etienne étant un grand village, on finit toujours pas avoir l’info…et rencontrer des gens intéressants.

Romancier, essayiste, nouvelliste, scénariste, conférencier, Jean-Michel Philibert vit entre Saint-Etienne et Lyon. Il a publié deux romans, ainsi que la biographie d’un immigré italien dans la France des années soixante.

Fondateur du club français des fans du « Prisonnier », il achève un deuxième ouvrage consacré à cette série télévisée, dont on célèbre le cinquantenaire de la diffusion. Il a également signé les scénarios de plusieurs albums de Bande Dessinée, et prépare actuellement un roman sur la « Diagonale des fous » de La Réunion.

Ancien enseignant, il est également le créateur d’une méthode complète d’apprentissage de la lecture, à destination d’enfants de six à huit ans : « Je m’appelle Catie Minie ! »

Jean-Michel Philibert vient de sortir un nouvel ouvrage, après le Salon du Livre de Paris 2018, “Le carnaval des ombres” est maintenant disponible en librairie ! (Editions Orphie 2017).

“Jean-Michel Philibert LF (Louis-Ferdinand) sort de prison, obsédé par le désir de se venger de celui qui l’a trahi il y a vingt-et-un ans. Mais le monde a changé et les événements vont se précipiter, l’obligeant à prendre une décision qui changera brutalement son destin.

A travers l’évocation d’une Albanie d’abord communiste puis soumise à la dérive mafieuse, d’une ville de province jamais nommée (Saint-Etienne) à la forêt amazonienne, de la Guyane au Brésil ou au Costa Rica, LF entreprendra une errance aventureuse où il tentera d’oublier les ombres qui le hantaient dans sa cellule.

Ce « carnaval des ombres », bercé par les refrains urbains de Renaud et les accents latinos de Lavilliers, chante les espoirs d’un homme pour la sauvegarde d’une Amazonie libre, malgré le capitalisme sauvage, le pouvoir des narcotrafiquants, et le spectre de la déforestation. “Le carnaval des ombres” est publié chez Orphie, l’éditeur de l’outre-mer”.

Partager cet article :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *