Annonce gouvernementale sur la police de sécurité du quotidien : Gaël Perdriau prend acte et reste vigilant.

« Je prends acte de l’annonce cette après-midi du gouvernement, par le ministre de l’Intérieur de faire de Saint Étienne une des trente villes d’expérimentation de la police de sécurité du quotidien.

Comme je l’avais déjà exprimé dès le 8 novembre dernier, je considère que si sur le fond, la police de sécurité du quotidien constitue une bonne réponse à des problématiques liées à l’insécurité, cela ne peut se faire sans une hausse significative des effectifs sur le terrain et des moyens logistiques accrus.

Des moyens qui seraient insuffisants si le Gouvernement ne prend pas toute la mesure de l’urgence en matière de sécurité en engageant une politique pénale beaucoup plus rigoureuse afin de renforcer l’efficacité du travail sur le terrain des forces de police nationale et municipale.

Je constate avec satisfaction que le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, avec lequel je me suis entretenu à de nombreuses reprises, a entendu mes arguments, en me donnant l’assurance que l’expérimentation à Saint-Étienne se déroulerait avec des effectifs supplémentaires, en non de simples redéploiements, de policiers nationaux.

Bien entendu, quant à elle, la ville de Saint-Étienne, poursuivra son effort pour améliorer la sécurité des Stéphanois, comme elle le fait depuis 2014, grâce au recrutement de 61 policiers municipaux supplémentaires, du renforcement de leur équipement ou encore le triplement du nombre de caméras de vidéoprotection.

C’est la raison pour laquelle, nous nous montrerons, avec les élus chargés de la tranquillité publique et de la sécurité, particulièrement vigilants sur le strict respect des périmètres de compétences, relevant de l’État et de la municipalité et ce d’autant plus que la concertation avec les collectivités locales a été quasi inexistante.

Il reste également encore de nombreuses zones d’ombres sur la mise en place concrète de cette expérimentation et ses déclinaisons opérationnelles.

Désormais, il convient que le ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, et le gouvernement puissent lever enfin tous les doutes dont se sont fait l’écho aussi bien les syndicats de police nationale que les maires, tant à France urbaine qu’à l’Association des maires de France.

En tant que co-président de la Commission de sécurité de France Urbaine je demande au gouvernement que les collectivités, ainsi que les associations les représentant, soient étroitement associées à l’évaluation qui doit être faite à l’issue de la période 2018-2019.

Il serait extrêmement regrettable que le Gouvernement se prive de l’expertise des maires de France qui, au quotidien, répondent aux demandes de sécurité des habitants ».

Gaël Perdriau
Maire de Saint-Etienne
Président de Saint-Etienne Métropole.

Partager cet article :

Auteur de l’article : Gilles Charles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *