Affaire Lactalis : la transparence doit passer avant le “secret des affaires”

Ce mercredi 24 janvier, avec la commission des affaires économiques du Sénat, j’ai participé à l’audition de Michel Nalet, Directeur de la communication de Lactalis. J’ai souhaité, à cette occasion, rappeler que toute la transparence devait être faite sur cette affaire. Le refus de Lactalis de publier ses comptes n’est pas acceptable dans une telle situation.

Les commissions des affaires économiques et des affaires sociales ont en effet décidé d’organiser un cycle d’auditions des acteurs impliqués dans les dysfonctionnements, constatés dans l’affaire Lactalis, en matière de respect des obligations relatives à la sécurité sanitaire des aliments : le groupe Lactalis, mais aussi les services de l’État et les entreprises de la distribution.

Lors de son audition, le directeur de la communication de Lactalis a tenté de justifier la non publication de leurs comptes en se réfugiant derrière le « secret des affaires ». Au nom de la concurrence, le groupe tenterait ainsi de se soustraire à certains contrôles. J’ai rappelé, soutenu par plusieurs de mes collègues, qu’il ne saurait y avoir une application de la loi, ou des règles, différente selon que l’on soit riche ou pauvre.

Alors que les producteurs laitiers se soumettent au quotidien à une multitude de contrôles, le collecteur Lactalis ne doit pas être exonéré de ses responsabilités parce que son chiffre d’affaires le placerait au-dessus de ces contingences.

Jean-Claude TISSOT
Sénateur de la Loire
Membre de la commission des affaires économiques

 

Partager cet article :

Auteur de l’article : Gilles Charles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *