Des Voeux Stéphanois qui ne passent pas pour l’opposition

Michel BEAL (Non-Inscrit) Maryse BIANCHIN (Groupe Communiste) Pierrick COURBON (Nouvelle Gauche) Pierre FAYOL NOIRETERRE (Saint-Etienne en Marche) André FRIEDENBERG (Divers Gauche) Olivier LONGEON (Saint-Etienne en Mieux) Pascale MARRON (Saint-Etienne en Marche) Stéphanie MOREAU (Saint-Etienne en Mieux) Florent PIGEON (Saint-Etienne en Marche) Nadia SEMACHE (Divers Gauche) Marie-Hélène THOMAS (Groupe Communiste) Myriam ULMER (Nouvelle Gauche)

Répondant à son invitation, plusieurs d’entre nous ont pris part, hier soir, de façon républicaine, à la cérémonie de vœux du Maire de Saint-Etienne aux forces vives de notre Ville.

Nous avons été stupéfaits par la nature du discours du Maire, vantant à la fois la nécessité de ne pas « faire de la politique de façon opportuniste » et le fait de veiller à s’exprimer « sans outrance, sans violence, sans diviser », avant de s’attaquer frontalement à son opposition, de manière parfaitement déplacée dans une cérémonie républicaine de vœux, allant jusqu’à choquer y compris au sein des rangs de sa propre majorité. En effet, Gaël Perdriau a regretté publiquement la teneur des débats du Conseil municipal avec son opposition, qui ne ferait aucune « proposition ».

Force est de constater la parfaite incohérence de ses propos, ainsi que l’inadéquation entre son discours et ses actes. Il a beau jeu de dire qu’il écoute « avec attention » les propos des groupes minoritaires au Conseil municipal, tout en oubliant de préciser que ceci n’intervient que lorsqu’il daigne nous laisser la parole, sur les sujets de son choix, comme le Conseil de lundi dernier en a encore été la triste illustration.

La soirée des vœux, doit-on le rappeler à ce Maire clivant, a été, de tous temps, un moment de convivialité républicaine où le premier magistrat de la commune s’adresse, avec des termes chaleureux, à tous les Stéphanois, y compris à ceux qui ne partagent pas ses positions fluctuantes et, y compris, aussi, à son opposition. Or, hier, le Maire a clairement utilisé les moyens de la municipalité pour faire un discours digne d’une campagne électorale. Il est sorti du récit de l’action municipale pour régler ses comptes avec celles et ceux, quels qu’ils soient, qui ne partagent pas ses choix, ses méthodes, ou ses idées.

« Des choses vont changer, je m’y engage », a-t-il déclaré en conclusion de son discours. S’il ne faisait sans doute pas référence au futur départ de son Directeur Général des Services (3 auront été « usés » en 3 ans !), gageons qu’il s’agisse de son comportement de plus en plus autoritaire. Nous formulons le vœu qu’en 2018, le Maire puisse être touché par la grâce de la courtoisie républicaine.

 

Partager cet article :

Auteur de l’article : Gilles Charles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *