Louise EKLAND une Anglaise crazy de France

C’est une anglaise amoureuse de la France que je suis allé rencontrer sur la fête du livre de Saint-Etienne. Arrivée dans notre pays il y a 16 ans, Louise EKLAND trouve les français formidables, elle a voulu le témoigner dans un livre À moi les petits Français !, aux Éditions du Rocher, paru cette année en Avril.

Entre culture et gastronomie, entre paysages et éducation française, Louise qui devait rester 6 mois à la suite d’un contrat de travail pour une comédie musicale, elle n’est plus jamais repartie. C’est un parcours de danseuse, d’abord à Disneyland, puis dans “Emilie Jolie” pendant 3 ans dans toute la France. Par hasard, MTV cherchait une présentatrice anglophone, pour une émission produite en France mais diffusée en Angleterre. Après un casting, elle débute dans le journalisme, ensuite c’est des expériences à Game One, Direct 8, M6, France 2, en 2008 elle rejoint BFM TV puis cumul avec France 4.

Pendant les Jeux olympiques de 2012 à Londres sur France Télévisions, en direct Louise Ekland fait visiter la ville à bord d’un bus rouge équipé de 9 caméras avec une plateforme installée à l’avant, tous les matins dès le préambule des retransmissions sportives sur France Télévisions. Et depuis la rentrée elle est sur France 3 un magazine d’intiatives, le samedi matin.

Charmante, disponible, elle aime parler des Français, avec un regard étranger son livre est un hommage à la France, comme elle dit dans cette période de Brexit elle avait peur de se sentir mal aimée…Fan de Bordeaux, la ville et ses vins, elle a découvert Saint-Etienne pour la première fois ce week-end, elle a très envie de revenir et de connaitre plus en détails la ville et la région.

Pour écouter l’entretien avec Louise Ekland sur Loire FM 100.9 : Rendez vous avec la fête du Livre sur Loire FM, plusieurs diffusions, le 16 octobre à 9 H , le 18 à 13 h 15 et le 20 à 19 h 15 et par internet dans le monde entier voici le lien http://tunein.com/radio/Loire-FM-1009-s6578/.

Partager cet article :

Auteur de l’article : Gilles Charles

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *