Qui se souvient du Capitole ?

A l’heure ou l’on se pose la question sur l’avenir des cinémas en centre ville, après la dispartion du “Royal” devenu un peu plus loin “le camion rouge”. Retour une nouvelle fois dans le passé avec le cinéma “Capitole” qui avait ouvert ses portes le 15 septembre 1938, à l’emplacement de l’Etoile-Théâtre, créé le 11 mars 1910. (Visible sur le côté droit de la photo) rue du 11 novembre, place Anatole-France (ex-Badouillère).

La salle de cinéma, toute en longueur et dépourvue de balcon, pouvait accueillir 317 spectateurs.

Le Capitole semble hésiter en raison de sa situation géographique entre une clientèle populaire et la clientèle bourgeoise du quartier Badouillère, et les programmes reflètent cette ambiguïté. Un dilemme qui cesse durant l’Occupation, en 1943 la salle est réquisitionnée par la Wehrmacht, et les soldats se mélangeant à la population civile assistent, moyennant finance, aux projections. Il devient temporairement le “Soldatenkino”, tout en restant accessible à la population.

A la Libération, le Capitole présente principalement des comédies, des films historiques et d’aventures.

Au cours des années 50, il devient l’un des premiers cinémas à diffuser des films en relief tournés avec deux caméras jumelées. En 1955 le 11 septembre c’est la projection du film policier en relief couleur “J’ai vécu deux fois” réalisé par Lew Landers (sortie en France le 15 mai 1953).

Le “Capitole” ferme ses portes le 31 décembre 1963, et son emplacement est aujourd’hui occupé par un supermarché. D’autres images…

infos internet et https://archives.saint-etienne.fr/

Partager cet article :

lestephanoisC Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *