Michel Durafour vient de nous quitter réactions de M. Vincent et G. Perdriau

Maire de Saint-Etienne et ministre à plusieurs reprises, homme de lettres, il a marqué l’histoire et le futur de notre ville par sa détermination à reconstruire plusieurs quartiers et surtout par son soutien essentiel à la création et au développement de notre université. Sans lui, nul doute que cet atout majeur pour l’avenir de notre territoire n’existerait pas ou n’aurait pas la même ampleur aujourd’hui. Au-delà des Stéphanois, tous ceux qui ont porté et bénéficié de l’enseignement supérieur dans la Loire sont en deuil aujourd’hui.

Homme d’Etat, il s’est aussi distingué par son combat permanent contre l’extrême-droite et son attachement à la laïcité et au progrès. Plutôt libéral en matière économique, l’importance qu’il accordait aux questions sociales et sociétales était permanente. Elle s’est notamment traduite par plusieurs textes de lois et accords qu’il a portés au sein des gouvernements de Michel Rocard.

Constamment attentif à notre cité comme à notre pays, il avait conservé une analyse extrêmement fine et documentée des défis du 21ème siècle,
bien après la période de l’exercice de ses responsabilités publiques.
Homme de dialogue et d’ouverture, Michel Durafour était à la fois en phase et en avance sur son temps. La Loire vient de perdre un de ses grands noms, de ceux qui marquent son histoire et laisseront une trace.
C’est donc avec une émotion particulière que je salue sa mémoire et que j’adresse mes condoléances attristées à son épouse Maryse, ses enfants, sa famille et ses proches.

Maurice VINCENT
Sénateur de la Loire
Ancien Maire de Saint-Etienne
Ancien Président de l’Université Jean-Monnet

—————————————————————–

Je viens d’apprendre avec une grande tristesse, le décès de Michel Durafour, ancien ministre et maire de Saint-Etienne de 1964 à 1977.

Ministre du Travail, puis ministre des Finances sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing, de 1974 à 1977, ministre de la fonction publique, de 1988 à 1991, et ministre d’Etat de 1989 à 1991, avec François Mitterrand, Michel Durafour, en homme d’ouverture et d’esprit n’aura eu de cesse de privilégier et de servir l’intérêt général.

Préoccupé par-dessus tout du mieux-être de ses concitoyens, il aura donné le meilleur de lui-même, avec une rare générosité, à sa ville, Saint-Etienne dont il était un ardent défenseur, et pour laquelle il aura été l’un de ses plus grands serviteurs.

En grand visionnaire qu’il était, il avait compris avant beaucoup d’autres, tout l’intérêt d’avoir une université digne de ce nom à Saint-Etienne. Des générations d’étudiants peuvent et pourront, aujourd’hui et demain, lui en être reconnaissants.

Je m’incline devant la mémoire de cet Homme de bien, un exemple pour tous ceux qui ont eu la chance de le côtoyer, lui qui sera resté jusqu’au bout, écouté et très populaire dans sa ville, avec une volonté intacte de lutter contre l’intolérance et le rejet de l’autre. 

J’adresse au nom de l’ensemble des élus et des habitants de Saint-Etienne, à sa femme Maryse, ses enfants Estelle et Jean-Michel, mes sincères et respectueuses condoléances.

 

Gaël Perdriau

Maire de Saint-Etienne

Président de Saint-Etienne Métropole

 

Les drapeaux des bâtiments municipaux seront mis en berne à partir d’aujourd’hui.

 

Partager cet article :

lestephanoisC Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *