Rendez-vous avec Gaëlle Nohant

Encore une formidable rencontre à la libraire « Des livres et vous » à Rive de Gier, c’est une femme remarquable et passionnante que je suis allé rencontrer. Gaëlle Nohant défend une littérature à la fois exigeante et populaire, j’adore ce mot de populaire qui est, dans les définitions, relatif au peuple. Gaëlle se consacre à l’écriture depuis une dizaine d’années, inspirée notamment par Dickens et par les écrivains victoriens, elle vit aujourd’hui à Lyon mais est née à Paris. Après « l’ancre des rêves » en 2007, elle à publiée en mars dernier « La part des flammes » en racontant également que l’on peut entendre la part des femmes…Le récit de l’incendie du Bazar de la Charité en 1897, mais surtout l’histoire d’une époque, un ouvrage plébiscité par les libraires qui a déjà reçu le prix « France Bleu des libraires 2015″. Un échange passionnant sur ses recherches et la construction de ce nouveau livre, et bonus de cette rencontre le prochain rendez-vous en octobre pour la 30 eme fête du livre de Saint-Etienne, puisque Gaëlle sera la marraine du festival Les Mots en Scène, ou pendant 3 jours se succéderont des spectacles invitant les lecteurs à pénétrer l’univers littéraire des auteurs présents. Je lui ai posé quelques questions pour la connaitre un peu plus…

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie d’écrire ? D’écrire en général, ou d’écrire ce livre ? les deux.  Je crois que c’est le fait d’aimer lire, et j’ai toujours eu envie d’écrire, puisqu’à 8 ans je voulais déjà être écrivain. On dit écrivain ou écrivaine ? Moi je n’aime pas écrivaine, je ne trouve pas cela joli, je préfère écrivain ou auteur. Dans écrivaine on entend « vaine », ce qui n’est pas terrible… Ce désir a toujours été en moi. Pour moi, écrire c’est avoir plusieurs vies, au lieu d’une seule. En les inventant, je me met dans d’autres vies que la mienne et cela me plait.

J’ai lu que vous êtes inspirée par les faits divers, pourriez vous écrire d’autres choses, d’autres genres d’histoires ? Bien sûr, là il se trouve que pour mon dernier livre c’est un fait divers qui a été le déclencheur, mais ce n’est pas le cas pour mon premier roman, ni pour le prochain. En fait je ne sais pas trop pourquoi tel ou tel sujet m’inspire, il suffit parfois d’une chose qui  va capter mon imagination, cela peut être une situation, un personnage qui arrive, finalement c’est assez mystérieux.

Quand vous êtes inspirée, il vous faut combien de temps pour écrire un livre ? Jusque là, trois ans et demie, quatre ans, parce que tous mes livres me demandent beaucoup de recherches. Pour le prochain, c’est un énorme défi , je vais essayer de le faire en deux ans ! Le problème c’est que 4 ans entre deux livres, cela fait beaucoup pour les lecteurs, ils doivent attendre longtemps.

G Nohant Marraine pour le festival des Mots en Scène pour la prochaine fête du livre stéphanoise, comment cela c’est passée et cela représente quoi pour vous ? C’est ma maison d’édition qui m’a annoncé cette bonne nouvelle et j’étais extrêmement flattée. J’aime beaucoup Saint-Etienne et j’y ai de très bons amis, et j’ai gardée un très bon souvenir de la fête du livre de Saint-Etienne à laquelle j’ai participé pour mon premier roman. Les mots en scène, c’est un concept qui me plait énormément, je suis très excitée par tout cela, j’ai hâte de voir ce que cela donne, et y participer en tant que marraine, c’est un grand honneur.

Est-ce que le prix « France Bleu » change quelque chose à la vie de l’ouvrage ? Oui c’est une grande chance, car justement dans le prix « France Bleu » il y a deux choses, le fait d’être dans la sélection de 900 libraires, ce qui est très flatteur, c’est le choix de libraires qui sont exigeants, qui ne conseillent pas n’importe quoi, c’est donc un critère d’excellence pour moi, d’être dans cette sélection et de gagner l’est encore davantage.
Et dans le partenariat avec « France Bleu » ce qui est merveilleux, c’est  qu’à travers toute la France, la radio va rendre mon travail plus accessible. Parfois les gens sont intimidés d’entrer dans des librairies, ou de rencontrer des auteurs, là cela me donne la chance de parler de mon livre à la radio, c’est quelque chose qui me rend proche des gens qui sont dans leurs voitures, qui écoutent la radio à la maison. Et moi ce que je veux en tant qu’auteur, c’est écrire des livres qui soient à la fois écrits avec une grande exigence et accessibles au plus grand nombre. Et ce prix représente exactement cela ! Je donne donc rendez vous aux stéphanois au mois d’Octobre avec plaisir, j’ai hâte !

rencontre du 4 Juillet 2015

Partager cet article :

lestephanoisC Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *