Rendez-vous avec Hervé Morin

Déjà deux anciens ministres de Nicolas Sarkozy ont croisés la route du stéphanois à la casquette, ce vendredi c’est Hervé Morin, après Rama Yade en Mars. Hervé Morin est né le 17 août 1961 à Pont-Audemer dans l’Eure, père de 4 enfants. De passage à Saint-Etienne, il est candidat à la présidence de l’UDI, déclaré depuis le mois de juin 2014, à la suite de la démission de Jean-Louis Borloo.

Les militants devront choisir en octobre, entre Jean-Christophe Fromantin, député-maire de Neuilly-sur-Seine, Yves Jégo, député de Seine-et-Marne,  Jean-Christophe Lagarde, député-maire de Drancy, et donc Hervé Morin. Nommé ministre de la Défense dans le gouvernement Fillon, ancien lieutenant de François Bayrou, président du Nouveau Centre depuis 2008. Invité pour la conférence de presse par M. Artigues, l’occasion pour moi d’aller le rencontrer, il a accepté de répondre à quelques questions entre les journalistes officiels.

Comment est né votre engagement politique, et pourquoi êtes vous à Saint-Etienne aujourd’hui ? J’ai toujours voulu faire de la politique, j’ai voulu être paysan, mais j’étais toujours passionné de politique. J’ai fait du droit puis après science-po. Je fais le tour de toutes les fédérations départementales de l’UDI. Je veux construire une majorité d’idées plutôt que de monter une écurie en vue de la présidentielle.

C’est quoi être centriste aujourd’hui ? Être centriste c’est être favorable, vouloir de la liberté, beaucoup de liberté pour que l’économie reparte. Vouloir reconstruire, redonner du sens au mot égalité, parce-que de la liberté, avec la liberté il faut de la justice. Et c’est dire aux Français, et la crise en Irak et en Libye le démontre, que si on s’occupait des grands sujets en Europe, on retrouverait de la souveraineté et notamment si l’on s’occupait de politique étrangère, de politique de défense, etc…C’est être profondément démocrate.morin

Face à un risque d’avoir un futur gouvernement, tendant vers l’extrême droite, n’avez vous pas plus de points communs avec la gauche centriste ? Moi je veux construire une majorité alternative, qui soit une majorité d’idées, en allant des centristes de l’UMP jusqu’au sociaux-démocrates déçus du parti socialiste. Une majorité large. Il faudra une évolution institutionnelle de la Ve République. Nous étions dans un schéma qui correspondait à une période de l’histoire qui était la décolonisation. Nous pensons qu’il y a une nécessité à introduire une dose de proportionnelle et qu’il faut revoir le couple président de la République et premier ministre.

Quel est votre meilleur souvenir de Ministre ? (hésitant) le meilleur pas le pire…
le pire ça je sais lequel c’est, le meilleur, le meilleur, il y en a tellement. C’est quand j’ai après un an et demi de combat, en faisant le tour des capitales européennes, sauvé un programme de transport militaire l’A400M qui sera une vraie réussite à l’exportation et qui a permit de sauver 10000 emplois industriels en France.

rencontre du vendredi 12 septembre 2014 – photos Jerome Sagnard

Partager cet article :

Auteur de l’article : lestephanoisC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *