Rendez-vous avec Florent Peyre

J’étais parti pour vous faire toute une présentation avec des jeux de mots, mais de peur de m’y perdre, voir de faire un impair, j’ai placé cette présentation sous le signe du sport, en effet deux anciens de sports-études, nés presque le même jour à quelques années près, si l’un gagne l’autre perd. Si Florent intègre le cours Florent à l’age de 20 ans, c’est dans « On n’demande qu’à en rire« , diffusée sur France 2, qu’il connait ses premières heures de gloire.

Né à Valence le 14 mai 1980, c’est en reconnaissant la gare de Châteaucreux qu’il se souvient des scènes stéphanoises et son passage au Festival des Arts Burlesques. C’est donc dans les rangées de l’Escale à Veauche, ce samedi, que j’ai rencontré Florent Peyre, histoire de ne pas perdre de temps, les questions étaient écrites et sans le faire exprès, elles étaient impaires. Décidément, cet humoriste à tout d’un gagnant.

Qu’est-ce qui vous a donné l’envie de monter sur scène ? Je sais pas ou c’est fait le déclic, parce que c’est arrivé après le sport. Je me suis tourné naturellement vers le théâtre, j’ai l’envie d’amuser les gens de les divertir, je crois que c’est vraiment mon moteur principal. Le déclic je l’ai eu en voyant Laurent Gerra sur scène, et je me suis rendu compte que pendant une heure et demie, il pouvait faire oublier ses soucis aux gens. Et pour moi c’était une période, ou l’on était très triste dans ma famille, et là pendant 1 H 30, nous avons complètement oubliés notre tristesse. Je me suis rendu compte qu’un humoriste avait ce pouvoir, et c’est le plus beau retour que j’ai aujourd’hui, quand quelqu’un me dit, ou sur les messages, quand quelqu’un me dit cela ne vas pas trop en ce moment, que la vie est pas rose, et qu’il s’amuse pendant 1 H 30, je crois que c’est mon principal moteur.

Quels sont les sujets qui vous inspirent ? parce que c’est vous qui écrivez ? Oui pas tout seul, mais j’écris avec Claire Jaz, maintenant j’écris aussi avec Philippe Cabriviere qui écrit aussi avec Nicolas Canteloup. Je suis pas très inspirè par les sujets politiques ou d’actus, moi j’aime bien les sujets un peu plus barrés que ça, un peu plus intemporels, mais après tout m’amuse. Là dans mon spectacle, il y des références au cinéma, il y a des d’autres moments, par exemple un sketch ou je fais une poule, cela n’a aucun rapport avec rien. J’ai pas de sujets de prédilections, tout peu m’amuser, mais je suis pas très branché actualités et politique.

Valentinois, vous êtes presque voisin, quel vision avez vous des stéphanois ? A part leur accent…Moi je suis pas très branché foot donc je peut pas vous dire que j’ai suivit l’épopée des verts, non j’ai pas d’idées sur les stéphanois. J’avais joué pour le festival des arts burlesques (d’ailleurs vous saluerez M. Mazziotta) cela s’était très bien passé, je me souviens que j’avais beaucoup aimé. C’était une bonne soirée, je vous dirait si cela se confirme ce soir…

Qu’est-ce qui vous fait le plus « kiffer » dans ce métier ? De m’amuser et amuser les gens, c’est vraiment un moteur, et de rire. De manière un peu plus égoïste, mon plaisir est vraiment dans le fait de divertir les gens, mais c’est surtout que j’ai une vie, ou je passe ma journée à rire et m’amuser. J’ai un côté très infantile, j’ai vraiment envie de m’amuser, par exemple hier j’ai tourné des parodies avec Arthur, des parodies d’émissions, ou j’ai joué Hanouna, après j’ai fait un autre personnage, on m’a grimé, pour le parodie show une émission de télé qui sera sur Tf1 fin juin. Et je m’amuse comme je m’amusais quand j’étais gamin, que je mettais une paire de lunette pour imiter le médecin de famille, je m’amuse vraiment, c’est le moteur.

Avez vous encore un rêve fou ? J’en ai pleins, si déjà cela pouvait continuer comme cela, se serait bien. J’aimerai que cela continue, j’aimerai faire du cinéma, j’aimerai jouer des pièces, ne pas faire que de la comédie, Ce n’est pas des rêves qui sont fous, parce que j’espère que je vais pouvoir les atteindre, moi mon rêve complétement fou c’est de faire un duo avec Johnny Hallyday…Je rêverai de faire un duo avec Johnny Hallyday. (on se quitte dans un énorme éclat de rire).

Rencontre du 18 Avril 2015 – Un grand MERCI à Christelle de L’Escale de Veauche et M. Debut pour les photos

Partager cet article :

lestephanoisC Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *