Rendez-vous avec Pierre LAROUTUROU

Nouvelle Donne se déclare être au cœur du l’échiquier, crée en novembre 2013 avec une trentaine de citoyens, par Christiane Hessel, Pierre Larrouturou, Bruno Gaccio…Nouvelle donne a comme objectif de permettre aux citoyens de reprendre la main et de décider de leur avenir. Ils proposent des solutions innovantes pour sortir du cercle vicieux de l’austérité et remettre l’homme et son environnement au centre du débat. Construire une société du partage, négocier un nouveau partage du travail tout au long de la vie, construire un nouveau partage des revenus, du savoir et du pouvoir.

De passage à Saint-Etienne, j’en ai profité pour aller questionner Pierre Larrouturou, spécialisé dans les questions d’économie, il est connu comme partisan actif du partage du temps de travail, je l’ai notamment découvert en 1992 pour les élections européennes, ou il proposait de passer à la semaine de 4 jours. Oui, cette France qui brandie le mot égalité, et ou certains font 40 heures pendant que, de plus en plus font 0 heures par semaine à regarder le monde s’effondrer.

Pierre Larrouturou est né à Périgueux (Dordogne). Il est le cinquième fils d’une famille de six enfants. Il fait des études d’ingénieur agronome puis à un diplôme de l’Institut d’études politiques de Paris. Il débute sa carrière en devenant, en 1989, ingénieur-conseil chez Andersen Consulting, d’où il se met en retrait en 1993. Il adhère au Parti socialiste en 1988 et crée en 1993 le Comité d’Action pour le Passage rapide aux 4 jours sur 5 il travail avec le député UDF Gilles de Robien. Il tente sans succès de se présenter à l’élection présidentielle de 1995. Il mène la liste « Union pour la Semaine de Quatre Jours » aux élections législatives de 1997.Un homme passionnant à écouter qui face a ces politiques qui ne proposent plus rien, propose des solutions de bons sens et qui appliquées à petite échelle montre au quotidien que l’on peut changer notre avenir. Un homme qui veut reconstruire l’espoir.

Comment est né votre engagement politique ? J’ai une famille ou nous avons toujours trouvé que l’injustice était quelque chose de scandaleux. Mon premier combat entre guillemet, c’était contre l’apartheid en Afrique du Sud, il y a des millions de gens qui boycottaient les produits, les oranges et les pamplemousses, et quand Mandela est sorti de prison, il a dit, que cela avait beaucoup aidé, le fait que des millions d’européens boycottent ces produits. C’est mon plus vieux souvenirs de petit garçon, ensuite comme des millions de gens je suis révulsé quand je vois quelqu’un qui dort dehors, quand je vois un enfant dont l’intelligence n’as pas été allumé.

Pourquoi avoir créé le parti politique « Nouvelle Donne » ? Nous étions très déçus par les partis politiques existant, nous avons l’impression qu’il y en a aucun qui s’intéressent vraiment au chômage, à la précarité. Ils se résignent tous, ils nous racontent tous les mêmes blagues, sur le fait que la croissance va revenir, et que ce n’est pas la peine de changer de modèle. Et nous nous pensons que nous sommes déjà dans un système catastrophique, tous les ans il y a entre 10 000 et 20 000 personnes qui meurent du chômage, ont le dit pas assez, mais il y a une étude de l’INSERN, qui dit que chaque année en France il y a entre 10 000 et 20 000 personnes qui meurent à cause du chômage et des millions de gens qui ont une vie de con. Comment fait on pour vivre, qu’est ce que cela veut dire de parler de liberté, ou d’égalité, ou de fraternité, quand des millions de gens vivent avec 500 euros ou 600 euros par mois ? C’est juste totalement scandaleux, dans un pays qui n’a jamais été aussi riche, on ne peut donc pas accepter ses inégalités, dans l’accès au travail, l’accès aux revenus, l’accès à la culture. Nous pensons qu’il y a des solutions, c’est normal d’être en colère, mais s’abstenir ou voter pour des extrémistes ce n’est pas la solution. Il faut prendre le temps de réfléchir et voter pour des gens qui ont des solutions.

Justement avez vous des idées trop modernes, ou cette société est définitivement impossible à rénover ? Non je pense que cette société peut tout a fait être changer, je pense que l’on peut avoir une surprise dans quelques mois, de même que le mur de Berlin est tombé en quelques semaines. Tous les grands experts pensaient que le mur serait encore là, pendant 50 ans, et c’est des citoyens comme vous et moi, des gens normaux, des gens sans importance entre guillemets, qui ont décidés de reprendre leur liberté et de se mettre debout,de faire tomber le mur de Berlin. Je pense qu’aujourd’hui, 20 ans plus tard, le monde a changé ce n’est plus de faire tomber un mur, mais c’est faire reculer les lobbyings, reculer les marchés financiers, et négocier un autre partage du travail, négocier au niveau européen, de mettre l’argent de l’Europe sur le climat, et non pas sur les banques. Je pense que si vous allez sur le site de Nouvelle Donne, il y a un travail d’explications à faire, pour rendre le moral aux gens. Je me souviens la dernière discussion que nous avons eu avec Stéphane Hessel, peu de temps avant sa mort, nous étions amis depuis longtemps, alors qu’il était dans son lit et qu’il savait qu’il allait bientôt nous quitter, c’était comment lutter contre le découragement ? Si chacun reste chez soit, il y a de quoi se flinguer…Quand ont voit l’énormité des problèmes, 6 millions de chômeurs, le problème du dérèglement climatique, les finances publiques qui partent en vrillent, la violence, le terrorisme, si chacun de nous se sent minuscule, et totalement dépourvu si l’on reste isolé. Mais par contre si l’on se rassemble, nous sommes déjà 12 000 adhérents à Nouvelle Donne, il y a plus de 500 000 personnes qui ont votés pour nous aux élections européennes, je pense que nous pouvons faire bouger la société.

Comment expliquez vous qu’en cette période ou l’on réclame + de gauche, les idées se « droitisent » de plus en plus ? je pense que le poids des lobbys est considérable, je pense qu’il y a un cynisme de certains de nos dirigeants, je ne veux pas juger les personnes, mais je pense que « JAURES » doit se retourner dans sa tombe. Quand Jaurès disait, la république sera social ou ne le sera pas, voir Sarkozy qui veut s’appeler « les Républicains », je ne sait pas s’il faut en rire ou en pleurer ? Alors qu’il détruit la république social, mais même au niveau du premier ministre, du président, on a l’impression qu’ils ont renoncés au progrès social. Ils nous disent qu’ils font la social démocratie mais c’est le contraire, la social démocratie c’est construire le progrès social par la démocratie et par le débat, or ils ont renoncés au progrès social et renoncés au débat démocratique. C’est pour cette raison que sans aucune violence mais avec beaucoup de fermeté, j’ai aussi appris cela de Stéphane Hessel, Stéphane n’était jamais violent, mais il était toujours très très ferme. Fraternel mais toujours très ferme, il faut leur dire, écouté partez, il faut que l’on prenne le pouvoir, il faut que les citoyens reprennent le pouvoir.  Il y a des élections dans deux ans, tout le monde nous dit que nous aurons le choix entre l’UMP et le FN, nous si nous avons créé Nouvelle Donne, c’est que nous voulons montrer en 2017 qu’il y a une alternative et qu’une justice sociale est possible.

Pour finir, avez vous un rêve fou pour la France ? Oui qu’en 2017, il y ai un nouveau départ, que Nouvelle Donne arrive aux manettes, que nous prenions quelques mois pour négocier un nouveau contrat social qui va permettre de sauver les retraites, qui va permettre de diviser par deux le chômage, nous faisons 20 propositions contre le chômage, et l’on montre que l’on peut créer pour de vrai, plus de 2 millions d’emplois. Et qu’en même temps, on réfléchisse aux nouvelles constitutions, et que le même jour, il y ai un double référendum en décembre 2017,que le peuple choisisse un nouveau contrat social, un nouveau contrat démocratique, et que l’on redémarre. Je pense que notre pays a une envie de quelque chose de nouveau, une envie d’un printemps, d’une renaissance, nous sommes des millions à ne plus supporter la violence qui existe en ce moment, l’injustice, cette impression que nous avons que l’on nous prend pour des couillons, quand les ministres nous disent que tout va bien. Que la croissance revient, ils nous prennent pour des couillons, c’est humiliant, le système économique est humiliant, il provoque de la souffrance, mais en plus nous avons des gens qui se disent de gauche, et qui nous prennent pour des couillons…Cela aggrave la souffrance, donc soit on ne vote plus, soit on vote pour le FN, non pas parce qu’ils sont racistes, mais juste pour dire « merde » au système. Nous nous pensons que nous avons raison d’être en colère, mais qu’il faut plutôt mettre en œuvre des solutions de justice sociale et d’humanité. Le rêve c’est que les citoyens se réveillent, qu’au lieu que chacun rumine sa déception chez soit, que l’on se rassemblent, comme ont l’a fait ce soir à Saint-Etienne, la salle était pleine, partout ou on le fait, je crois qu’il y a une grande colère qui monte dans le pays, et une grande volonté de faire autre chose.  Mais c’est à nous de le décider, si nous avions attendus un accord entre politique, le mur de Berlin serait toujours la, les diplomates cela leur allaient très bien…Ces des hommes et des femmes, des jeunes et des vieux qui ont décidés de vivre autrement, et c’est a nous de le faire maintenant en France.

rencontre du 29 Mai 2015

Partager cet article :

lestephanoisC Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *