Rendez-vous avec Isabelle AUBRET

Rendez vous avec est l’émission qui se déplace aussi, après de nombreux artistes et élus de la région, sur l’invitation du Cabaret Saint-Martin à Magneux Haute-rive, nous avions rendez-vous avec Isabelle AUBRET, un rendez vous chargé d’émotion et un hymne à la vie. Une rencontre avec la poèsie, la chanson française et une grande dame par sa générosité, un moment inoubliable, et une ombre qui planait celle de Jean Ferrat

Ce rendez vous s’enracine dans le monde stéphanois et dans le monde internet. Cette nouvelle émission sera diffusée ce jeudi 21 Avril à 18 h et rediffusée le vendredi à 11 h elle sera ensuite sur youtube, pour ecouter l’emission sur Loire FM 100.9 dans le monde entier voici le lien http://tunein.com/radio/Loire-FM-1009-s6578/..

Isabelle nous donne rendez vous avec un tout nouvel album, 18 chansons et textes, qui parlera beaucoup de sa vie, de ses émotions, des gens qu’elle a perdues, des chagrins.
Des auteurs comme Georges Chelon ou encore Claude Lemesle, avec des idées et des indications que la chanteuse a souhaitée. Elle a trop de respect pour ceux qui savent écrire, elle les admire, modestement elle dit avoir simplement la chance de pouvoir les mettre en voix. L’album se termine par un au revoir, Isabelle se demande comment elle va réussir à la chanter à l’Olympia, car d’après elle, se sera l’au revoir de l’artiste….Isabelle aura 78 ans en Juillet et c’est tout simplement comme une autre grande dame qui le chantait, un hymne à l’amour.

On ne peut pas dissocier votre image à celle de Jean Ferrat, aujourd’hui chanter Ferrat c’est lui rendre hommage ou continuer de le faire vivre en chansons ?
Oui bien sur, il n’y a pas d’hommage, il y a de l’amour et c’est tout. Les chansons sont belles et tout se mêle, l’amour, la tendresse, la fidélité et le plaisir de chanter des belles chansons. Et aussi de faire plaisir au gens, puisque les gens adorent Ferrat, je ne vois vraiment pas pourquoi je me priverais de ce bonheur la. (éclat de rire)

 

Comment avez vous rencontrer Jean Ferrat ? C’était en 1962, vous n’étiez pas né mon petit, c’était pour « deux enfants au soleil », la première chanson que j’ai chantée de Jean. il l’avait déjà enregistrée, et avec lui cela n’avait pas marché du tout. Et le hasard ou plutôt la rencontre d’une chanson, et puis une petite mignonne, blonde qui arrive dans la chanson avec une chanson qui lui ressemble un peu, voila cela a fait « Tilt », on est restés 27 mois au Hit-Parade.

 

Comment devient-on chanteuse après avoir été championne de France de Gymnastique ? Cela n’a rien a voir, à cette époque je travaillais dans une usine de filature, mais en même temps je suivais des cours d’Art dramatique, des cours d’opérette, des cours de tout, de toute façon j’ai toujours voulue suivre des cours de tout donc il fallait travailler à l’usine.
Mais je voulais être artiste, c’était même pas un désir c’était une certitude.
Ma petite sœur me disait toujours, pour moi être artiste c’était ma ligne bleue des Vosges.

 

Comment devient on Isabelle Aubret, après après être née Thérèse Coquerelle ?
Coquerelle semblait être dur comme son, moi j’aurai voulu m’appeler « Angela Léonidov » parce que c’était le nom de ma maman, mais pour défendre la chanson française …(re éclat de rire)
Maman était d’origine russe, et je trouve qu’Isabelle Aubret c’est très beau.
un jour on m’a téléphonée et on m’a dit, voila vous allez vous appeler Isabelle Aubret, oh c’est beau je suis contente, et voila. Cela a chanté tout de suite.

 

 

Vous chantez évidemment des textes merveilleux, est ce qu’aujourd’hui les mots ont encore du sens ?
Oh oui, qu’est ce que l’on ferait sans les mots ? qu’est-ce que l’on ferait sans la voix humaine, c’est elle qui console, c’est elle qui nous aime, c’est elle qui sait dire, et il n’y a que les mots pour cela.
Bien sur que les enfants qui n’ont pas l’habitude, quand ils viennent au spectacle et qu’ils découvrent les textes, quand ils viennent me voir dans les coulisses, et ils me dissent qui sait qui a écrit ça ? c’est ma plus BELLE récompense.
BIEN SUR que les mots ont de l’importance, bien sur qu’il faut aussi savoir les dire, et j’ai cette chance, je crois que je sais les dire.

 

Vous rendez aussi hommage à « Charlie » avec une de vos dernières chansons, croyez vous qu’aujourd’hui l’amour peut sauver le monde ?
Écoutez je ne sais pas si l’amour sauvera le monde mais en tout cas, si on ne l’espère pas à quoi cela sert d’être debout ? à quoi cela sert d’être vivant ?
Quand Aragon a écrit : un jour, un jour…un jour pourtant, un jour viendra…bien sur qu’il faut y croire, alors Aragon est parti cela n’est pas arrivé, tonton (Jean Ferrat) est parti cela n’est pas arrivé, mais je chante encore : un jour pourtant, un jour. Je veux y croire, pour les petits qui sont derrière nous et pour eux il faut continuer à y croire et à se battre pour que cela arrive.

 

Quel est pour vous la chanson de Jean Ferrat que vous mettez en tête de vos préférées ?
Je connais tellement toutes les chansons de Ferrat que c’est impossible, impossible parce qu’en plus par exemple quand Ferrat est tombé malade, je ne voulais pas qu’il meurt à l’hôpital, c’était terrifiant pour moi, et j’avais enregistré une chanson qui s’appelle « mourir au soleil ». Et tous les jours, cela va vous semblez enfantin, je chantais : je voudrais mourir debout au soleil, comme une prière, pour que tonton rentre chez lui, et il est rentré chez lui…

 

Pour conclure est ce que c’est beau la vie ?
Il faut le vouloir, il faut le mériter, il faut se battre. Mais Oui c’est beau la vie.

 

Partager cet article :

lestephanoisC Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *