Yves NICOLIN Député – Maire de ROANNE

Premier maire de la Loire a répondre positivement à mon invitation pour cette année 2016, pour l’émission “Rendez-vous avec…”. Yves Nicolin le député-maire de Roanne était ce vendredi matin dans les studios de la radio Loire FM. Trés fier de voir que dans cette jeune emission, les politiques et artistes acceptent de venir partager un moment de dialogue en toute simplicité.

l’émission sera diffusée ce jeudi 14 janvier à 18 H et rediffusée le lendemain, le vendredi 15 janvier à 11 H. Disponible ensuite sur youtube, pour ecouter l’emission sur Loire FM 100.9 dans le monde entier voici le lien http://tunein.com/radio/Loire-FM-1009-s6578/.

J’avais déja rencontré M. Nicolin avant les élections municipales en Janvier 2014 voici un extrait de cette premiere rencontre.

C’est à Roanne que je suis allé rencontrer Yves Nicolin à l’occasion de ses voeux pour 2014, Yves Nicolin est né en mars 1963 au Coteau (Loire), député de la 5e circonscription de la Loire depuis 1993 et maire de Roanne de 2001 à 2008. Il fait partie du groupe UMP. Gestionnaire de formation, avocat au Barreau de Paris depuis 2008, marié et père de 3 enfants adoptés, il est l’initiateur de l’Agence française de l’adoption qu’il préside jusqu’en janvier 2012. Il crée et préside SOS Orphelinats du Monde, association venant en aide aux orphelins ou enfants privés de famille à l’étranger. En Mars 2008 il est battu lors du second tour par la candidate d’union de la gauche, et est bien décidé a reprendre la mairie en Mars prochain, il a accepté de répondre à quelques questions au citoyen lambda que je suis.

Comment est né votre engagement politique ? C’est un engagement qui remonte à la période ou j’étais étudiant sur Lyon, et en 1986 lorsque, avec une amie de faculté, nous avons décidé d’aller par intérêt, je dirais civique, assister à plusieurs meetings de candidats aux législatives à Lyon, de droite comme de gauche. Et je suis tombé, très intéressé, face à un discours de Raymond Barre, j’ai eu l’occasion ensuite de le rencontrer, de participer à sa campagne. Et c’est comme cela qu’il m’a fait connaitre Pascal Clément, qui était député de l’arrondissement de Roanne et c’est comme cela que je me suis engagé ensuite a soutenir, à aider Pascal Clément.

A quel moment dans votre parcours avez vous eu l’envie de devenir Maire puis député ? Alors d’abord, j’ai eu envie de devenir député, avant de devenir maire. Il faut savoir qu’ici à Roanne, jusqu’en 1993, Jean Auroux était député maire de la ville. Quelques années auparavant, en 1989 je me suis lancé dans les élections municipales à Riorges, qui était la commune ou j’habitais déjà. N’ayant pas gagné j’ai continué quand même cet engagement, et je me suis présenté au conseil général, j’ai d’ailleurs été à l’époque élu le plus jeune conseillé général de France et de la Loire, à 29 ans. L’année d’après cela me semblait assez naturel d’être candidat aux législatives, et c’est seulement après en 1995, donc 2 ans après les législatives, que j’avais gagné face à Jean Auroux, que j’ai décidé de monter une liste à Roanne, nous n’avions pas gagné, nous avions perdu, mais c’est seulement en 2001, que nous avions renversé la vapeur, gagné, après il y a eu la défaite de 2008. Là nous sommes dans l’attente.

Est-ce que vous croyez qu’après avoir été battu en 2008, les Roannais sont près a vous redonner un nouveau mandat ? Tout d’abord les Roannais ont montrés qu’ils m’avaient redonné leur confiance aux élections législatives de 2012. Puisque sur la ville de Roanne, alors qu’il est de tradition, que le maire sortant qui se présente à une autre élection, soit majoritaire dans la ville, et bien elle ne l’a pas été. Puisqu’à l’époque j’ai fait 56 %, sur la ville et elle 44. Ce qui montre aussi que les Roannais ont eu le temps de réfléchir, durant ces 4 années depuis l’élection de Mme Déroche. Et ont décidés peut-être de tourner une page, cela ne veut pas dire aujourd’hui que nous avons gagné la bataille des municipales, loin de la, il faut faire une campagne. Nous verrons bien, mais nous partons avec une météo qui est plutôt favorable.

Si en mars prochain vous êtes élu quels seront les grands axes de votre mandat ? Nous avons décidé de coller vraiment aux attentes des Roannais et aux besoins de la ville. Les 1eres attentes, sont des attentes en matière d’emplois et d’économie, ensuite en matière de sécurité et en matière de fiscalité, puisqu’ils veulent une pause fiscale, parce que les impôts locaux ont quand même largement augmentés à Roanne sous l’impulsion de la municipalité actuelle. Par exemple, je vous donne qu’un seul chiffre, l’agglomération a augmenté son taux d’imposition de 95 % en 5 ans. Quand à la ville de Roanne, le maire de Roanne avait promis durant sa campagne, qu’elle ne toucherait pas aux impôts, qu’elle ne les augmenterait pas, la première décision qu’elle a prise, c’était une trahison, elle a augmenté les impôts de 5 %. Donc nous allons d’une part, non seulement réduire ces impôts là, puisque nous avons pris un engagement de baisser les impôts dès notre élection, mais également des mesures très forte en matière de développement économique et en matière de sécurité, puisque la encore je rappel, que lorsque j’étais maire, notre ville de Roanne était classée quatrième de sa catégorie comme ville la plus sûre de France, nous sommes redescendus au 162 ème rang. Il y a beaucoup de travail.

Si vous aviez un rêve fou pour Roanne ce serait lequel ? Que Roanne devienne une ville attractive en terme de démographie, et que beaucoup de Lyonnais, de stéphanois pourquoi pas, de la plaine donc du Forez, viennent habiter dans une ville qui soit accueillante, et qui leur offre justement des perspectives d’avenir. Pour renverser cette tendance démographique qui nous a fait beaucoup de mal, il faut savoir qu’en 1975, la ville de Roanne comptait 55 000 habitants, aujourd’hui nous sommes descendu à 38 000, il semble que nous ayons stoppé cette hémorragie, mais désormais nous voulons la faire croitre, et par conséquent si nous pouvions retrouver les 50, 60 000 habitants ce serait le rêve non pas fou, mais en tout cas le rêve d’une vie d’élu. Si l’on peut repasser la barre des 40 000 durant le mandat se sera effectivement une belle récompense.

 

 

 

Partager cet article :

lestephanoisC Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *