Nadia SEMACHE Conseillère départementale de la Loire

Avant de devenir la “marraine” de l’émission de radio “Rendez-vous avec Le Stéphanois à la Casquette” sur Loire FM 100.9, j’avais rencontré Nadia Semache quelques semaines après les élections municipales de Mars 2014.

Nous nous étions posés pour dialoguer, car Nadia Semache qui depuis Mars 2015 est devenue conseillère départementale, est une femme engagée, mère de 2 enfants, elle a toujours été investie au niveau des associations, militante de gauche, elle a toujours suivie la politique locale. Adhérente à la C.G.T Nadia a été pendant plusieurs années représentante du personnel dans les instances.
Directrice d’un centre de rééducation, socialiste, cette ancienne assistante sociale était adjointe en charge de la santé et la lutte contre les discriminations. Ancienne référente du quartier de la Métare, elle est aujourd’hui élue d’opposition au sein du conseil municipal, elle tient un rôle de veille et de remonter des informations de ces concitoyens, force de propositions et toujours dans l’intérêt général dans un esprit constructif. Extraits de notre rencontre du lundi 1er septembre 2014.

C’est quoi être « socialiste » aujourd’hui ? Gilles Deleuze (Philosophe) définissait ainsi la Gauche en général : « Être de gauche c’est d’abord penser le monde, puis son pays, puis ses proches, puis soi ; être de droite c’est l’inverse. » (dans son livre « Abécédaire » )

Cette définition c’est aussi celle que j’appliquerais au socialisme car pour moi, le socialisme, c’est la justice sociale la répartition des richesses, la fin des inégalités et c’est aussi le progrès. Il prône l’égalité pour tous. Il doit donc réduire les inégalités sociales et doit être l’opposé du libéralisme. Nous devons favoriser l’intérêt général et non pas l’intérêt particulier. Les valeurs humanistes, la cohésion sociale, le vivre ensemble, la diversité sont la richesse du socialisme. Et c’est autour de ces convictions, que nous essayons au quotidien de nous battre pour une égalité de traitement et de lutter contre toutes les formes de discrimination : avec une véritable démocratie sociale représentative et participative des habitants.

Avez vous peur que tout ce qui a été fait, construit pendant les 6 dernières années, soit défait par le nouveau maire ? Je ne suis pas la pour défendre un héritage, c’est la démocratie et les Stéphanois ont choisi un autre projet, différent du notre. Nous avions défendu la baisse de l‘eau, réfection des écoles etc.. Pourquoi peur ? Je n’ai pas peur. J’espère que l’intérêt général prévaudra sur l’intérêt personnel. L’intérêt général, c’est ce qui nous a motivés pendant ces 6 années, loin d’une politique politicienne et j’espère que dans la continuité républicaine Gaël Perdriau dépassera les clivages partisans et saura préserver les intérêts des Stéphanois.

Aujourd’hui élue d’opposition, quel est votre rôle et qui sera la personne qui conduira la gauche stéphanoise en 2020 ? Pour moi l’élu de l’opposition est un acteur incontournable au sein du conseil municipal, nous sommes un groupe d’opposition très soudé et uni, à l’écoute des Stéphanois, et nous sommes les représentants du peuple pour être force de propositions avec un esprit constructif toujours dans l’intérêt général.
Nous nous devons d’être le porte-parole des gens qui souhaitent s’exprimer sur les dossiers de la cité. Nous veillons aussi au bon respect des Stéphanois, et que les décisions prises soient conformes aux attentes des Stéphanois. Nos propositions se veulent constructives et nous espérons que le maire sera attentif à nos interventions. Pour le candidat de 2020 nous avons encore le temps d’y réfléchir.

 

Au niveau national le nouveau gouvernement part sur sa droite, êtes vous prête à suivre la même route ? Je ne pense pas que l’on puisse dire que le gouvernement actuel « part à droite ». Sinon, cela voudrait dire que les députés UMP vont voter tous les prochains textes gouvernementaux et cela reste à voir ! Par ailleurs, les créations de poste dans l’Education (60 000), la police, la Justice, l’augmentation de l’allocation de rentrée scolaire, la préservation du budget de la culture pour la création et le spectacle vivant… sont clairement à l’opposé de la politique menée par la droite.

Néanmoins, je rejoins l’analyse de Benoît Hamon quant à l’appréciation de la politique économique conduite. Pour marcher, la « politique de l’offre » mise en œuvre par Manuel Valls doit nécessairement être complétée par un soutien plus fort au pouvoir d’achat des classes moyennes et populaires, à l’investissement public et à la création d’emplois et notamment par la création d’emplois publics. Il y a une différence entre l’aide publique aux entreprises et les cadeaux aux patrons : ça s’appelle les contreparties, en termes d’investissement et d’emploi par exemple.

Pour ma part, je reste sans hésiter fidèle aux 60 engagements de François Hollande et au discours du Bourget. Nous avons été élus avec un programme de gauche dans lequel nous avons défendu les droits sociaux, la protection des salariés, la réforme de la santé, les lois sociétales – notamment le droit de vote des étrangers – et surtout la réforme de l’Ecole de la République pour lutter contre toutes les inégalités sociales. Une partie a déjà été réalisée.

En tant que militante socialiste, je m’engage pour que les autres engagements soient aussi tenus. Ce qu’il faut aujourd’hui souligner c’est que le Parti socialiste est un des seuls partis dans lequel chacun peut s’exprimer ; nous avons toujours eu une liberté de débats avec des courants différents mais toujours unis dans l’action et dans la difficulté. Au lieu de polémiquer, réjouissons-nous de cette liberté d’expression ! Et ça ce n’est pas rien ! Cette liberté n’est pas contradictoire avec la solidarité de parti : pour rappel, en 2011, j’avais soutenu la candidate Martine Aubry aux primaires et j’ai ensuite sans problème fait campagne pour François Hollande, vainqueur des primaires. Comme l’a très justement dit Benoit Hamon : « La loyauté gouvernementale est un principe d’action ce n’est ni une chaîne ni une muselière »

Pour finir si vous aviez un rêve fou pour Saint-Etienne ? Je souhaite que nous ayons une véritable politique ambitieuse pour notre ville ! Je souhaite aussi une égalité de traitement de tous les citoyens et que nous agissions davantage pour la création d’emplois. Ce n’est bien entendu pas un rêve, mais un combat que je mène. Et il n’est pas fou non plus ! Enfin que les Verts gagnent la coupe de l’UEFA et ça c’est un vrai rêve !

 

 Pour ecouter en Direct http://tunein.com/radio/Loire-FM-1009-s6578/ ou sur la chaine Youtube du Stéphanois à la Casquette.

 

 

Partager cet article :

lestephanoisC Auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *