André FRIEDENBERG une vie politique bien remplie

C’est un peu par hasard lors d’une rencontre que j’ai parlé d’une nouvelle émission sur Loire FM, et André Friedenbeg a dit moi je veux la faire. Car depuis que je suis enfant j’entends parler d’André Friedenberg, pour moi c’était à lui tout seul, le parti radical de gauche. Cet homme à une histoire, né pendant la « grande guerre » d’un père venant d’Odessa (Ukraine aujourd’hui) et d’une mère polonaise, enseignant, commerçant, né dans une famille de gauche, c’est un homme qui n’a pas d’ennemis. Adjoint aux affaires internationales à la Mairie de Saint-Etienne jusqu’en Mars 2014, vice-président à la région Rhône-Alpes, je n’avais encore jamais eu l’occasion de vraiment dialoguer avec lui.

C’est maintenant chose faite puisqu’il a gentiment accepté mon invitation à enregistrer mon émission de radio sur l’antenne de Loire FM 100.9, « Rendez-vous avec le SalC»  diffusé le jeudi 8 Octobre à 18 H.extrait de notre rencontre du 15 Septembre 2015.

Comment est né votre engagement politique ? Tout jeune, il y avait dans ma famille un engagement politique. Au départ mon père était communiste, tout en ayant une petite affaire avec une dizaine d’employés. Je me rappel avoir été à la fête de l’Huma, pendant de nombreuses années. Et en prenant de l’âge, je voulais toujours rester à gauche, et le seul parti qui ne dénigrait pas l’entreprise et qui correspondait aux valeurs qui sont les miennes, c’est à dire, les valeurs de la république, liberté, égalité, fraternité, et surtout laïcité, c’était le parti radical de Gauche. J’y suis rentré avant 1981, en 1979 et je n’ai jamais changé.

Serez vous candidat à un nouveau mandat aux élections régionales de décembre ? Alors je viens de faire deux mandats, j’arrive à un âge, je vais dire, avancé, il me semble que c’est le moment de laisser la place à des plus jeunes. Alors que je sens que j’ai la maturité politique actuellement, c’est le paradoxe.

Quel bilan dressez vous de ces deux mandats au Conseil Régional ? J’ai fait un premier mandat de 2004 à 2010 extraordinaire, puisque j’étais président du groupe PRG, à la région, cela m’a donné beaucoup de responsabilité et beaucoup de contacts avec l’exécutif. Et au deuxième mandat, les deux premières années j’ai été président de la commission aux relations internationales, qui complétait ce que je faisais à la mairie. Puisque j’étais adjoint aux relations internationales, et un concours de circonstances a fait que M. Thierry Braillard est devenu député et a du quitter son poste à l’exécutif de la région, et l’on m’a demandé de le remplacer, et je suis devenu vice-président chargé du développement du numérique sur Rhône-Alpes.

Pendant ces deux mandats vous avez la conviction d’avoir fait bouger les choses ? J’ai fait évoluer les choses sur deux plans, en tant que vice-président chargé du numérique, ou j’étais chargé du déploiement de la fibre optique sur l’ensemble des 8 départements de Rhône-Alpes. Mais aussi chargé de l’innovation, je suis très satisfait par l’innovation que j’ai mise ne place, à lequel personne ne croyait au départ, c’est le robot lycéen.
C’est un robot pour un élève qui est malade, de son lit d’hôpital, dans sa chambre, il y a un robot qui est à sa place dans la salle de cours, et de son lit à l’hôpital il peut activer le robot. Il peut poser des questions aux professeurs, dialoguer avec ses camarades, partir en récréation avec eux, cela ne le coupe pas du milieu scolaire. Contrairement aux malades de longue durée qui peine à revenir dans le système scolaire, l’élève n’ayant pas été coupé du système avec le robot, il n’a qu’une envie c’est de revenir à l’école.
Il y a actuellement 3 robots en expérimentation dans les lycées de la région, 1 à Bourg en Bresse, 1 à Lyon, et le dernier au lycée Claude Fauriel à Saint-Etienne.

Que pensez vous de la non candidature d’un vice-président, en l’occurrence M. Jean-Louis Gagnaire, est-ce comme vous une question d’âge ? Alors moi en tant que vice-président j’aurais aimé que l’on me demande de rester, je l’avoue. Mais comme personne ne me l’a demandé je préfère partir, plutôt que d’avoir le même sort que Jean-Louis Gagnaire. Pour lui je crois que c’est un problème interne au parti socialiste, il y a des courants, chose qui n’existe pas au PRG, parce que nous ne sommes pas assez nombreux.

La politique n’est donc pas une affaire de compétences ? Malheureusement non, ce n’est pas forcément les plus compétents. Vous savez quand je suis arrivé au numérique, cela a fait sourire pas mal de gens, effectivement je n’étais pas un expert, mais je crois que pour être un bon ministre de la santé, il n’y a pas besoin d’être médecin. Les gens de mon service vous diront qu’ils ont appréciés, le fait que je sois leur vice-président, parce que j’ai apporté un peu de neuf au regard qu’ils avaient sur le numérique. Un exemple simple, jusqu’à présent la région donnait des subventions, j’ai un budget de 300 millions sur 10 ans, 30 millions par an à attribuer aux départements de Rhône-Alpes, c’est facile il y a 2 millions de prises en Rhône-Alpes, et nous donnons 150 euros par prise.
(prise chez l’abonnée, hors zone conventionnée) l’Etat ayant donné un monopole à certaines sociétés privées, les opérateurs ont donc le monopole sur certaines zones, dans la Loire ce monopole est sur Saint-Etienne Métropole et le grand Roanne, ce sont les zones les plus peuplées, les plus denses, ou installer une prise coute le moins cher, pour les autres c’est subventionné par les collectivités.

On donnait 300 millions sans retour pour la région, car si l’on voulait utiliser le réseau que nous avons financé il aurait fallut repayer. J’ai donc demandé un retour sur investissement, j’ai choisit avec mes services, l’achat interne c’est a dire qu’en délégation de service publique, la région redeviendra propriétaire d’une partie du réseau et ne repayera pas les « tuyaux », sur Saint-Etienne cela sera dans 15 ans.

M. Wauquiez a déjà gagné, comment pensez vous faire pour inverser cette affirmation ? Contrairement à ce que l’on dit, il y a eu un sondage qui donne M. Wauquiez avec seulement deux points d’avance, alors qu’il a commencé sa campagne et que nous n’avons, nous pas commencé du tout, sur la Loire et des tas de départements elle n’est pas lancée. Donc être devancé de 2 points à trois mois des élections, par quelqu’un qui est en campagne depuis 6 mois, et qui a toute possibilité de critiquer, car c’est plus facile de critiquer, contrairement a ce que l’on dit ces élections ne sont pas perdues, car nous avons la chance d’avoir à notre tête un homme de valeurs, Jean-jacques Queyranne, qui a mené la région depuis deux mandats, à la perfection non, car nulle n’est parfait, mais qui a très bien mené cette région, que se soit dans les milieux économique, il n’y a qu’a demander dans les milieux économique, ce qu’ils pensent du travail de la région et d’ailleurs Jean-Louis Gagnaire a fait un travail remarquable. Et dans d’autres domaines, que se soit les lycées, nous n’avons jamais autant rénovés de lycées, ou que se soit l’apprentissage.

 

Vous allez donc être très bientôt en retraite ? Pas tout a fait parce que je suis encore conseiller municipale d’opposition à Saint-Etienne et conseiller communautaire d’opposition également. Mais le fait d’arriver en fin de carrière, le fait de ne plus attendre un nouveau mandat, cela me donne une liberté que je n’avais pas auparavant, cela me permettras à dire à Gaël Perdriau, que quand il fait des choses biens, je lui dirait, et dernièrement il a pris une excellente décision en ce qui concerne les réfugiés, je l’ai félicité. Et quand il sera à mon avis dans l’erreur, je lui dirais aussi. A mon avis car nulle ne détient la vérité, on la recherche.

De cette longue carrière quel est votre meilleur souvenir ? Il y a en beaucoup, celui qui émerge (jeu de mot avec MRG) c’est quand on m’a confié la vice-présidence au conseil régional, honnêtement cela m’a fait peur, j’ai hésité, mais j’ai travaillé, j’ai passé trois mois de vacances avec la directrice des services du numérique de la région à tout apprendre. Apprendre ce qu’est la fibre, la différence entre la fibre et le cuivre, toutes les possibilités…
Je crois avoir appris assez rapidement, puisque je fait des tables rondes, je suis invité dans tous les coins de France, pour parler de la fibre optique et il me semble que je m’en sors pas trop mal. Rentrer dans l’exécutif de la région a été un grand bonheur pour moi.

Pour ecouter en Direct http://tunein.com/radio/Loire-FM-1009-s6578/ ou sur la chaine Youtube du Stéphanois à la Casquette.

 

Partager cet article :

Auteur de l’article : lestephanoisC

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *